Une mère macaque rhésus et son petit Mone de Campbell Gibbon noir Deux capucins moines en train de se toiletter Macaque de Tonkéan Magot Lémur noir Tamarin lion Magabey à collier
La sociéteé française de primatologie

Dossiers & Actualités

08/03/2012 - Compte rendu de mission suite à l'obtention du Prix de la SFDP en octobre 2011 par Lucie Rigaill, 06/03/2012, lucie.rigaill[chez]gmail.com

Lors du colloque de la Société Francophone de Primatologie à Grenoble en octobre 2011, j’ai pu présenter les résultats de mon mémoire de Master d’Anthropologie biologique "Signaux sexuels et comportement reproducteur chez le babouin olive (Papio anubis)" pour lequel j’ai obtenu le Prix de la SFDP. J’ai ensuite participé à un programme de recherche, dirigé par Cécile Garcia, sur les comportements reproducteurs et les signaux sexuels chez une population captive de macaques japonais (Macaca fuscata) au Primate Research Institute de l’Université de Kyoto (Japon). La collecte de données s’est déroulée d’octobre 2011 à janvier 2012 (lire la suite ici).

22/02/2012 - La situation des lémurs bruns de l'îlot Mbouzi (Mayotte)

Mayotte est une des 3 îles de l'archipel des Comores qui accueillent des lémuriens. L'espèce mahoraise est le lémur brun (Eulemur fulvus) et est présente à Mayotte depuis plus de 1000 ans. Plusieurs centaines de ces lémuriens, localement appelés "makis" font l'objet d'une problématique complexe, polémique et médiatisée. Notre objectif est d'informer le lecteur d'un point de vue scientifique sur les enjeux écologiques et anthropologiques, en évitant les écueils entourant les débats animés sur la situation de ces lémuriens et les solutions drastiques proposées pour la résoudre. De 1997 à 2004, l'Association "Terre d'Asile" (association loi 1901) a introduit 104 lémurs bruns sur un îlot situé entre les îles de Grande Terre et Petite Terre : l'îlot Mbouzi (82 ha). Ces individus étaient issus du trafic animal ou bien étaient recueillis blessés, puis soignés et nourris. Avec l'aide des services de l'état, "Terre d'Asile" a aménagé un espace de 3 ha sur le site d'une ancienne léproserie et a été autorisée à en disposer par arrêté préfectoral (arrêté abrogé depuis). En 2007 a été créée la première réserve naturelle de Mayotte : la réserve naturelle nationale de l'ilot Mbouzi. Cette création a été motivée par la protection des habitats forestiers (forêt sèche) et plantes remarquables de l'îlot. Cette réserve naturelle accueille une partie marine et est située entre les deux plus grands centres urbains de Mayotte. Elle est gérée par l'association des "Naturalistes, Environnement et Patrimoine de Mayotte" (association loi 1901). Depuis 2002, la communauté scientifique met en garde les acteurs locaux (association et administrations) sur les conséquences d'une gestion inadaptée des lémuriens de l'îlot Mbouzi (Gresse et al., 2002 ; Sigaud et al., 2007...) et la nécessité d'introduire des outils de gestion comme, par exemple, une réduction progressive de l'approvisionnement, la stérilisation ou la translocation de ces lémuriens bruns dont l'espèce est classée en annexe I de la CITES. Une gestion adaptée passait par une synergie forte des acteurs locaux, ce qui, hélas, n’a jamais été possible au vu des conflits humains existants. Une action fédératrice forte de la part des instances gouvernementales aurait été nécessaire. Nous avons essayé avec le Conseil général en 2008. La question des ressources allouables n’a pas non plus été résolue par le Ministère, chaque solution proposée étant couteuse. Aujourd'hui, la population de lémurs de l'îlot Mbouzi compte entre 700 et 750 individus concentrés sur 3 à 5 ha et approvisionnés 2 fois par jour par une ration alimentaire inadaptée à leur biologie (nature des principaux aliments : riz-pain-banane, ration trop riche en calories se traduisant par des animaux en surpoids d'après les pesées réalisées en 2006). Cette population, bien que vieillissante, croit annuellement de 10%. La surpopulation artificielle génère du stress et se traduit par l'organisation des animaux en grands groupes (15-25 individus contre 2 à 16 en milieu naturel), en très forte densité puisque concentrés sur les lieux de nourrissages, et induit une charge parasitaire supérieure à celle mesurée sur des lémurs sauvages (Nègre et al., 2006).

Voir le texte du document dans son intégralité avec les références bibliographiques.

Voir développement récent dans France-Mayotte du 21 mai 2012 (PDF - 1.38 Mo)

Voir développement récent dans France-Mayotte du 31 mai 2012 (PDF - 1.17 Mo)

01/01/2011 - FRB: plateforme inter-gouvernementale pour la biodiversité

Le 21 décembre, l'Assemblée générale des Nations unies a donné son feu vert à la poursuite du processus de création de l'IPBES, la plateforme intergouvernementale science-politique pour la biodiversité.L'IPBES aura notamment pour mission d'apporter l'expertise scientifique aujourd'hui indispensable à la décision politique en matière de biodiversité.Les modalités précises de fonctionnement de cette nouvelle plateforme seront définies lors de la première plénière prévue courant 2011. La date de cette première réunion sera fixée par le Conseil d'administration du PNUE (Programme des Nations unies pour l'environnement) en février à Nairobi. La décision prise hier par l'ONU était l'ultime étape d'un processus de longue date pour entériner la création de l'IPBES et représente une avancée notable pour la biodiversité. La sauvegarde de la diversité du vivant n'apparaît plus telle une action marginale des politiques internationales mais est désormais reconnue comme un enjeu majeur. La création de l'IPBES marque à la fois l'engagement des Nations pour la biodiversité, poursuivant en ce sens les avancées récentes de Nagoya, et la reconnaissance du rôle de la communauté scientifique. Pour la France, qui figure parmi les pays les plus engagés dès le démarrage du processus en 2005, le travail s'amorce dès la rentrée de janvier. La FRB vient notamment d'être mandatée par le Ministère de la Recherche pour animer un groupe de réflexion sur la contribution de la France à l'IPBES et pour mobiliser la communauté scientifique française. Plus d'informations :Résolution de l'Assemblé générale des Nations unies sur www.ipbes.net :
http://www.eole-emailing.pro/emailingtrait/liens.php?email=388&link=322&cnt=292351&key=ce8b8e0f8fbc420b0f5ac468585998a4
Communiqué du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche :
http://www.eole-emailing.pro/emailingtrait/liens.php?email=388&link=323&cnt=292351&key=ce8b8e0f8fbc420b0f5ac468585998a4
Communiqué du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable :
http://www.eole-emailing.pro/emailingtrait/liens.php?email=388&link=324&cnt=292351&key=ce8b8e0f8fbc420b0f5ac468585998a4
Contact : Claude-Anne Gauthier Directrice adjointe et responsable des relations internationales, FRB Claude-anne.gauthier@fondationbiodiversite.fr

25/01/10 - Projet MAMIA

Après plus d’un an de travail acharné à Madagascar, la phase 2008-2009 du Projet MAMIA s’achève. Nombre des objectifs de départ ont été atteints. Cependant, certains d’entre eux ont dus être réévalués en fonction du contexte local et des connaissances que nous engrangions, notamment concernant le mode de vie, les coutumes et le contexte socioéconomique dans lequel évoluent les habitants de Manompana. Lire le rapport complet (PDF - 9 Mo) NB: fichier allégé pour consultation en résolution écran.

Etat des lieux et priorités de gestion des ressources naturelles forestières de la commune de Manompana par Beaucent S. et Fayolle M., projet MAMIA 2009. Lire le rapport complet (PDF - 2Mo) NB: fichier allégé pour consultation en résolution écran.

MAMIA en images. Voir le diaporama (PPS - 6 Mo) NB: L'accompagnement sonore à été désactivé pour alléger le fichier.

Avertissement: Les documents diponibles sur cette page sont protégés par le droit d'auteur régi en France par la loi du 11 mars 1957 et la loi du 3 juillet 1985, codifiés dans le code de la propriété intellectuelle. La loi reconnaît en tant qu'auteur toute personne physique qui crée une oeuvre de l'esprit quelle que soit son genre (littéraire, musical ou artistique), sa forme d'expression (orale ou écrite), son mérite ou sa finalité ( artistique ou utilitaire). Selon la loi française seules sont autorisées sans l'accord de l'auteur pour les documents liés à cette page, la représentation privée de ces documents dans un cercle de famille, la copie ou la reproduction réservée à un usage strictement privé du copiste, la publication d'une citation ou d'une analyse de l'oeuvre, dans la mesure où celle-ci est brève et justifiée par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information, de l'oeuvre. Pour contacter les auteurs en vue d'une utilisation de ces documents: projet.mamia[chez]gmail.com

20/11/08 Colloque "L'évolution aujourd'hui : à la croisée de la biologie et des sciences humaines"

L'Académie royale de Belgique organise, les 29, 30 et 31 janvier 2009, un grand colloque qui aura pour thème "L'Evolution aujourd'hui : à la croisée de la biologie et des sciences humaines". Ce faisant, l'Académie s'inscrit dans le large mouvement international de commémoration de la naissance de Darwin (1809), de la publication de la Philosophie zoologique de Lamarck (1809) et de la publication de l'ouvrage de Darwin consacré à l'origine des espèces (1859). En Belgique comme dans de nombreux autres pays, 2009 sera ponctué de réunions et symposiums ayant pour thème l'évolution biologique. L'Académie royale de Belgique a voulu se démarquer de cette tendance en organisant un colloque qui ne soit pas limité à la biologie mais qui soit pluridisciplinaire. Ainsi donc, les exposés traiteront de l'évolution du monde vivant, telle qu'elle est étudiée par les biologistes mais aussi par des spécialistes des sciences humaines. L'Académie espère ainsi favoriser des échanges entre personnes venant d'horizons différents mais qui partagent le même intérêt pour le concept d'évolution et qui sont convaincues de son rôle déterminant dans de multiples disciplines.

Inscription ici

25/04/2008 - Workshop: "The Primate Mind: Built to Connect with Other Minds."

A high-level international meeting of cognitive ethologists, behavioral biologists, and neuroscientists that will address how the primate (including human) mind relates to other minds through empathy, imitation, and other social cognition. Directors: Frans B. M. de Waal (Emory University) and Pier Francesco Ferrari (Università di Parma). Hosted by: Ettore Majorana Foundation and the International School of Ethology. Main speakers include Drs. Aureli, Bard, Baron-Cohen, de Waal, Ferrari, Hare, Hopkins, Huber, Iacoboni, Iriki, Matsuzawa, Menzel, Parr, Santos, Singer, Visalberghi, and Whiten. The workshop will be open for pre-registration by scientists and students, who may contribute oral and poster presentations.

It will be held in Erice (Sicily), Italy, from June 4-7, 2009.

Details: http://www.emory.edu/LIVING_LINKS/primate_mind/

30/11/2007 PRIMATOLOGY FILM COMPETITION

A Primatology Film Competition is to be held to judge the best films/videos made in the area of primatology produced from 1997 up to present. The winning productions will be screened at the Congress of the International Primatological Society in Edinburgh, Scotland, August 3-8, 2008. There will be two categories: (1) professionally made (e.g. commercial or public television company productions with budget above $30,000), (2) non-professional, independent productions that cost less than $30,000. There will be preliminary screenings and judging by Ph.D. level primatologists at one or more locations, and the five best entries in each category will be screened in Edinburgh. Monetary prizes will be awarded to the top entries in the non-professional category, and appropriate certificates from the IPS will be awarded the winners in the professional category. Each film will be ranked from 1 to 10 on the following criteria, by each judge: (1) scientific accuracy/value; (2) esthetics and film craft; (3) educational/conservation value. The deadline for receiving entries is January 31, 2008. For further information see the Congress website at: http://www.ips2008.co.uk/FilmCompetition.html and/or contact: Charles Weisbard at: cw2359[chez]columbia.edu

06/11/2006 - L'Association Paniscus en RD du Congo

L'Association Paniscus (Conservation du Bonobo (/Pan paniscus/) et de la Biodiversité de son Environnement) a pour projet de se rendre en RD du Congo pour constater par elle-même de ce qui peut être envisagé en termes de partenariat avec une ONG locale afin d'oeuvrer concrètement à la conservation des bonobos vivants en lisière forêt/savane à l'ouest de la RDC. Nous sommes pour le moment à la recherche de fonds pour financer cette expédition, mais également d'aides matérielles ou de services gracieux. Nous envisageons, par exemple, à notre retour, d'effectuer des expositions sur ce que nous aurons pu observer sur le terrain afin de monter un projet (écotouristique/ scientifique/ développement local et durable/...) en collaboration avec l'ONG dont il est question. Nous aimerions savoir si, par exemple, quelqu'un d'inscrit à cette liste serait prêt à imprimer gratuitement pour nous les posters dont nous aurions besoin pour communiquer les données collectées sur le terrain. Ce service pourrait nous permettre de convaincre sponsors et mécènes si nous pouvions obtenir de votre part une promesse écrite. Dans l'espoir de convaincre l'un d'entre vous, à travers moi, c'est tout Paniscus qui vous remercie. Sincères salutations. Jean-Pascal Guéry, Vice-président de Paniscus (http://www.pan-paniscus.org/)
info du 05/11/2006 parue dans la liste de diffusion voxprimato@unistra.fr

02/11/2006 - Un parc naturel gabonais menacé

Un parc naturel gabonais menacé par la prospection pétrolière chinoise.
Article du Monde sur le site
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-827360,0.html

Mentions légales - Plan du site